Thursday, March 02, 2006

Boisclair et le complot Gescaïen!

Un court billet aujourd'hui pour revenir sur les propos (malheureux!) d'André Boisclair sur le prétendu complot du groupe Gesca, dont La Presse fait partie. Voilà que, selon l'illustre personnage, le groupe de presse s'acharne sur lui et son parti. La dernière étape de ce complot gescaïen serait la publication le jour d'un caucus d'un sondage défavorable au Parti Québécois.
Une telle attitude du chef du PQ est décevante et ne redore en rien son blason passablement terni. Elle ne fait qu'accréditer la thèse, fausse, qu'il y a un acharnement des médias contre le parti souverainiste. Le Directeur de l'information de La Presse a, par ailleurs, bien démontré que le traitement de la nouvelle se faisait au cas par cas, sans partisannerie: il a argué que La Presse avait publié nombre de sondages défavorables au PLQ et ce, souvent à des moments clés comme le conseil de ministres ou l'ouverture d'un congrès.
Quelques jours avant son élection, j'avais soutenu dans la chronique du Québec Grand Angle, qu'André Boisclair devrait faire le ménage des purs et durs du PQ. Des déclarations comme celle d'hier ne font que renforcer les dogmes de ces mêmes purs et durs et soutiennent l'impression selon laquelle ils sont rois et maîtres du PQ. On a beau vouloir donner la chance au courreur, encore faut-il que le courreur prenne cette occasion au vol! Jusqu'à maintenant, André Boisclair n'a su que décevoir depuis son arrivé à la tête du PQ. Il lui reste de moins en moins de temps pour gagner la faveur des électeurs, alors que tous les signes laissent croire que Jean Charest est en mode pré-électoral. Saur-t-il renverser la vapeur??
------------------
Ma dernière chronique du Québec Grand Angle était prévu pour samedi dernier. Comme vous l'aurez constaté, l'actualité de la fin de la semaine dernière (la démission du président du CA de la SAQ) en aura eu raison, au moins temporairement. La chronique sera publiée ici aussitôt qu'elle l'aura été dans les pages de La Presse.

3 comments:

lecentre said...

Si la Presse ne fait que publier objectivement les faits, c'est bien une chose. Mais je remarque depuis un certain temps, et oui, meme avant la campagne electorale, un virement a droite dans les editoriaux de la Presse. Cela se voit surtout du point de vue economique, comme le demontrent les editoriaux pro-hausse des tarifs de La Presse.
A part ca, je suis d'accord que Boisclair se doit de faire valoir les moderes de son parti, et non pas les purs et durs. Les Quebecois, comme les autres Canadiens, sont centristes.

J'ai hate a votre chronique!
Gab, de Centrerion

Matt said...

Bonjour Gab!
c'est toujours un plaisir de voir que vous lisez mon blog.

Content également que vous partagiez mon opinion sur l'importance de valoriser le rôle des modérés au PQ... reste à voir si André Boisclair le comprendra aussi!

Quant à la dérive de La Presse vers la droite, je dois avouer que je n'ai pas la même analyse que vous. Je crois que la plupart des points de vue exprimés dans les pages éditoriales de La Presse relèvent du gros bon sens et son généralement modérés. Je ne prétend pas qu'il n'y ait pas quelques exceptions à cette règle, mais je ne crois pas non plus qu'il y ait de mouvement généralisé vers la droite.

C'est toujours un plaisir de débattre avec vous. J'attends vos impressions sur ma prochaine chronique!

ML

Lucie said...

Une telle attitude du chef du PQ est décevante et ne redore en rien son blason passablement terni. ]

Pas du tout.
Il a oublié que c’est grâce à la presse si sa popularité fut telle qu’il a été élu chef du PQ.
Souvenez-vous. Pendant huit ans, André Pratte et son équipe ainsi qu’Eric Trottier et son équipe ont tout simplement bernés leurs lecteurs en ne leur disant jamais qu’André se droguait à la cocaïne pendant qu’il était Ministre.
C’est une erreur pardonnable, André a oublié.
lr