Sunday, April 02, 2006

La Loi 101: un échec?! | Bill 101: a failiure?!

La Presse faisait sa Une ce matin avec une étude de Statistique Canada qui démontre que les jeunes québécois de première génération (les enfants d'immigrants allophones, précise l'étude) choisissent plus l'anglais que le français comme moyen de communication à la maison.
J'entends déja nos bon vieux Ayathollas du PQ s'écrier que c'est à cause des attaques contre la Loi 101 (la Charte de la Langue française) qu'on observe ce déclin du français au Québec. Ce serait là faire preuve de beaucoup de mauvaise foi!
Effectivement, la Loi 101 avait pour objet de faire du français la langue de communication publique au Québec. À ce que je saches, il est possible de parler une langue en privée, l'anglais, mais également de communiquer publiquement dans les commerces, en groupes, etc. dans une autre langue: le français! Les deux ne s'opposent pas!
Bref, conclure que la Loi 101 a échoué parce que les jeunes québécois de première génération parlent l'anglais à la maison est complètemen faux: le but même de la Loi 101 n'était pas d'imposer le français mur à mur! À ceux qui s'exciteront de tels résultats, je réponds: "laissons donc les gens vivre leur vie privée comme bon leur semble; en autant que les consensus sociaux sur le français comme langue commune, comme moyen d'expression public privilégié soit respecté."
------------------
La Presse was leading it's front page with a news from Statistics Canada saying that young quebecois of first generation (those young people who are born in Quebec from parents who are immigrants) use mostly English to communicate at home rather than French.
I almost can hear our beloved (sic!) PQ's Ayathollas saying that we must reinforce Bill 101, that repeated attacks against it has caused a clear break down for the use of French for communication purpose. Saying that is misleading.
The aim of Bill 101 was to make French the main public communication mean in Quebec. As far as I'm concerned, we can speak a language at home, English, while communicating in French in our social and public life. The two aren't opposites!
Than saying that Bill 101 has failed because more young quebecois of first generation speak English at home is false, since Bill 101 didn't aim to impose French every where to everyone! To those saying we must reinforce Bill 101 I answer: "Let people live their private life as they want to... as long as Fench remains the public way to communicate."

8 comments:

Ti-Guy said...

Moi non plus je ne perçois en ceci une situation particulièrement troublante. Les allophones communiquent par ailleurs aisément en français, ce qui n'était décidemment pas la réalité il y a 30 ans, lorsqu'on ne pouvait ni entendre ni parler un mot de français dans les commerces de la rue St-Laurent.

Marc said...

« laissons donc les gens vivre leur vie privée comme bon leur semble; en autant que les consensus sociaux sur le français comme langue commune, »

Nous vivons, pour le mieux ou pour le pire, dans un continent Nord-Americain d’environ 300 millions d’anglophones. On ne peut nier que l’anglais est aujourd’hui une langue universelle et la langue internationale de commerce. Comme vous le dites si bien, avec la loi 101 nous avons établis des consensus sociaux en faisant de la langue française, la langue de la majorité, notre langue commune. La décision d’utiliser une langue en privée est un choix strictement personnel et je ne pense pas que le but de la loi 101 était de faire des citoyens unilingues francophones renfermés sur le monde.

Salutations,

Serge said...

À ce que je saches, il est possible de parler une langue en privée, l'anglais, mais également de communiquer publiquement dans les commerces, en groupes, etc. dans une autre langue: le français! Les deux ne s'opposent pas!(Mathieu)

Pouvez-vous nous dire quelle autre société des 26 pays des trois Amériques fait ça. Ce que vous décrivez.

À ce que je vois de l'intervention de l'étudiant anglophone Marco, il a démontré que votre affirmation est fausse. Les deux langues s'opposent, en effet. Il n'a pas écrit son commentaire en anglo-canadien, n'est-ce pas ?
Pourquoi donc ?
sp

Matt said...

Très cher Serge,

si tant est que Marco est un étudaint anglophone (ce dont je ne vois aucun indice...), il a tout à fait bien illustré mon propos... et vous avez démontré que vous ne l'avez pas compris!

Justement, Marco s'est exprimé en français. S'il est anglophone et qu'il parle anglais à la maison, cela démontre donc qu'il a adopté le français comme langue d'expression commune en l'utilisant dans un espace public: ce blogue. Il a donc justement démontré que le français comme langue publique et l'anglais comme langue privée peuvent coexister au Québec! CQFD

Par ailleurs, je vous conseillerais de lire l'exemple des hispanophones américains, dont la population est en pleine croissance chez notre voisin du Sud, et qui s'expriment en anglais en public alors qu'ils s'expriment en espagnol à la maison... Voilà un exemple de pays (et pas le moindre!)qui, de fait, vit la même situation que le Québec. Il en va de même des autochtones du Chiapas au Mexique. Que ce ne soit pas inscrit dans la Loi est de peu d'intérêt. Ce qui est important est le vécu harmonieux de gens qui parlent une langue en public et une autre en privé...

Bien à vous

Lucie said...

----------
Marco s'est exprimé en français. S'il est anglophone et qu'il parle anglais à la maison, cela démontre donc qu'il a adopté le français comme langue d'expression commune en l'utilisant dans un espace public: ce blogue.
-----------

Marco est un immigrant ? Il a adopté une langue commune, qu'il écrit ici et à son blogue ?.
Mais, il est inscrit en droit à une université anglo-saxonne, McGill je crois.
Quelle langue est privée et laquelle est publique, selon vous ?
lr

Matt said...

Le fait de poursuivre des études en anglais est un choix personnel, de nature imminement privée... L'anglais est donc la fameuse langue d'expression privée ici alors que le français est la langue d'expression commune...

Marc said...

Bon on va cesser de propager des mensonges svp!

De 1 je suis de langue maternelle française, en fait ma grand-Mère est de Lyon en France, de 2 je ne suis pas un immigrant ma belle italienne, je suis un ptit gars de Brossard de la Rive-sud de Montréal et finalement j'étudie dans une institution francophone et non anglophone.
Et oui je parle anglais! Je suis instruit voyez-vous, mais ça ne fait pas de moi un anglophone pour autant. Eh oui je défend le droit à l’égalité et le mariage gai mais ça ne fait pas de moi un homosexuel pour autant! Comprenez-vous ou je veux en venir ?
Je ne défends pas une cause parce que j’ai un intérêt dans cette cause, je la défends parce que j’y crois.
Je vous invite à adopter une démarche intellectuelle un peu plus profonde, cohérente et songée pour baser vos opinions.

Matt said...

Merci de la clarification... Je l'espérait ardemment! Voilà qui met fin à ce faux débat!

ML