Tuesday, April 11, 2006

Un bien mauvais moment | The worst time


Le dénouement de l'élection partielle dans Saint-Marie-Saint-Jacques n'a rien de bien surprenant: le château fort péquiste est sauf! Une analyse plus approfondie est à la fois fort intéressante (pour le PLQ) et désespérante (pour l'ADQ). Elle révèle surtout un avertissement servi à un bien mauvais moment pour le PQ.
Bien qu'ayant perdu, le PLQ a de quoi se réjouir du résultat de l'élection. En effet, malgré un faible 24% des voix, les libéraux provinciaux se maintiennent par rapport à la dernière élection dans le comté et ce, malgré la tendance au vote de protestation lors d'élections partielles. Ce relatif maintient illustre aussi le peu d'impact qu'a eu Québec Solidaire sur le PLQ. Certes, le nouveau parti a pu gruger un peu de votes aux libéraux, mais le plus fort de leur appui provient du PQ.
Le PQ a des leçons à tirer de cette élection partielle. D'une part, comparativement à Stéphane Bergeron qui a su accroître l'avance du PQ dans Verchères, le PQ a perdu des voix (10%) dans Sainte-Marie-Saint-Jacques, pourtant considérée comme un château fort. Bref, Québec Solidaire a fait mal et a divisé les votes. Le nouveau parti bénéficie donc d'une entrée par la grande porte dans le domaine politique québécois. Reste à voir si les résultats se maintiendront en élection générale. Quoi qu'il en soit, cette nouvelle survient au pire moment pour le PQ alors que des artistes, souvent précurseurs des mouvements sociaux, doutent publiquement de l'avenir de l'option souverainiste.
À ce sujet, je vous invite à consulter les deux articles suivants publiés dans La Presse d'aujourd'hui:
Le grand perdant de cette élection est sans contredit l'ADQ qui, avec 2% des voix se voit confiné dans les marges du monde politique. Surement un résultat de la grande cohérence politique (sic!) du chef de l'ADQ! Le parti de Mario Dumont est désormais en voie de disparition... dommage la loi sur la protection des espèces menacées ne s'applique pas aux adéquistes... Qui a envie de pleurer?!
------------------
The result from the by-election in Montreal's county of Sainte-Marie-Saint-Jacques aren't very surprising: the Parti Quebecois (PQ) has maintained its control over the territory. A further analysis is very interesting, though. The provincial Liberals can interpret it as a good news and Mario Dumont has to see it as a death penalty, the most concerned party should be the PQ for which that half-defeat is arising at the worst time.
Even confronted to a defeat, the liberals did not lose a large part of their vote in the by-election, traditionally a good opportunity to protest against the government's policies without any cost for the voters. That relative statut quo is telling in the sense that PLQ hasn't lost a lot of voters to the new party, Quebec Solidaire (QS).
The PQ should be frightened by the arising of QS. In fact, most of QS' votes are driven away from the PQ. While Parti Quebecois was increasing its majority in Bernard Landry's old county, they lost about 10% in Sainte-Marie-Saint-Jacques, which was supposed to be a stronghole. The lesson is clear: Quebec Solidaire hurts the PQ's traditional votes. We'll see if this is a trend or not in the next general election. For sure, this happens at the worst time for PQ, while it's constitutionnal option (Quebec's sovereignty) is questionned by some artists, who are generally precursors of social movements.
On this topic, I invite you to read those two papers (in French) published in La Presse today:
The definitive loser of this by-election is Mario Dumont's ADQ which, with a 2% result, is restrained to the political margins. The voters probably payed the great political consistency (sic!) of its leader! Mario Dumont's party is now disappearing... Unfortunately, the disappearing species Law does not apply to politicians... Someone wants to cry?

3 comments:

indievoter said...

Thank you for providing commentary in English on your blog. I'm very interested in viewpoints from Quebec that are rarely covered in the English media. I'm working on my French but it will take time. Merci!

Le_Polyiste said...

Je trouverais dommage que l'ADQ disparaisse du paysage politique québécois car Mario Dumont est, malgré ses insuccès, un politicien éloquent et doué.

Cependant, être à sa place, je démisionnerais de mon poste de chef pour ''aller voir le monde'' et acquérir de l'expérience à l'extérieur de la politique. Le parti mourrait de sa belle mort, sans que Dumont se sente réellement responsable. Après 10 ans à l'extérieur de la politique, il pourrait revenir à la tête du parti de son choix.

Matt said...

Bonjour,

first, I thank you indievoter for visiting my site. Come back as often as you want and do not hesitate to leave comments: I read every single of them.

Pour ce qui est de l'ADQ, je crois que son problème se situe au niveau du leadership. Je ne crois pas que Mario Dumont soit un bon chef: rarement des chefs sans visions, qui agissent en queue de veau ont survécu aussi longtemps... Ses positions de bases sont bonnes... jusqu'à ce qu'il les affaiblisse par pur opportunisme. Il est voué à disparaître de la politique québécoise: c'en est presque darwinien! De mon point de vue, l'ADQ a commencé sa descente aux enfers quand le cerveau de l'affaire, Jean Allaire, a quitté le navire...